Anglo-Norman Correspondence Corpus

Letter: Royal-045

Sender:King Edward I of England
Addressee:John Langton, Chancellor
Date:31 May 1298
 
Sample:Registrum Palatinum Dunelmense, Rolls Society
Volume:Vol. F
Page:245



Edward par la grace de Dieu roi Dengleterre Seignour Dirlaunde et ducs Daquitaine a son chier clerke et foial Johan de Langetone son chancelier saluz. Por ce que nostre chier et bien amez en Dieu frere Brian de Fay mestre de la chevalerie du Temple en Engleterre nous ad fait entendant que aucunes gentz ont pris en nostre noun des leynes de ses meisons, cest a savoir xlix saks en le conte Deverwike et xxiiij saks et demy en conte de Nicole, de quoi ceux qui les leynes pristrent ne ont fait taille ne escrit, ne autre remembrance, par quoi le dit Brian ne seit si les choses soient prises a nostre oeps et a nostre profit ou noun, vous mandoms que a ceux qui sont assignez enquerours des prises faites en noun de nous es ditz contez selonc lordenance qui en feust faite nad gueres a Londres, faciez mander par lettres de nostre grant seal quil enquergent sur ce diligeaument tote la certeinte, cest a savoir si les dites leynes ont este einsi prises, et qui sont ceux qui les pristrent, et combien il en pristrent, et en quele manere, e si elle soient mises en nostre profit ou noun. E quant il auront enquis pleynement de cestes choses, quil nous facent savoir sanz delai par leur lettres ce quil en auront trouvez, issint que nous en puyssoms commander outre nostre volunte. Done souz nostre prive seal a Pokelintone le darrein jour de May lan de nostre regne xxvj.
Hold the cursor over a tag to view its description or view the full tagset.


Edward par la grace de Dieu roi Dengleterre Seignour Dirlaunde et ducs Daquitaine a son chier clerke et foial Johan de Langetone son chancelier saluz. Por ce que nostre chier et bien amez en Dieu frere Brian de Fay mestre de la chevalerie du Temple en Engleterre nous ad fait entendant que aucunes gentz ont pris en nostre noun des leynes de ses meisons, cest a savoir xlix saks en le conte Deverwike et xxiiij saks et demy en conte de Nicole, de quoi ceux qui les leynes pristrent ne ont fait taille ne escrit, ne autre remembrance, par quoi le dit Brian ne seit si les choses soient prises a nostre oeps et a nostre profit ou noun, vous mandoms que a ceux qui sont assignez enquerours des prises faites en noun de nous es ditz contez selonc lordenance qui en feust faite nad gueres a Londres, faciez mander par lettres de nostre grant seal quil enquergent sur ce diligeaument tote la certeinte, cest a savoir si les dites leynes ont este einsi prises, et qui sont ceux qui les pristrent, et combien il en pristrent, et en quele manere, e si elle soient mises en nostre profit ou noun. E quant il auront enquis pleynement de cestes choses, quil nous facent savoir sanz delai par leur lettres ce quil en auront trouvez, issint que nous en puyssoms commander outre nostre volunte. Done souz nostre prive seal a Pokelintone le darrein jour de May lan de nostre regne xxvj.

Choose Letter